Ceropegia buchananii (Brachystelma buchananii)


Nom scientifique

Ceropegia buchananii (N.E.Br.) Bruyns

Synonymes

Brachystelma buchananii (basionyme), Brachystelma magicum, Brachystelma nauseosum, Brachystelma shirense

Classification scientifique

Famille: Apocynacées
Sous-famille: Asclepiadoideae
Genre: Ceropegia

La description

Ceropegia buchananii, anciennement connu sous le nom de Brachystelma buchananii, est une plante vivace dressée ou couchée avec des tiges annuelles, poussant à partir d'un tubercule. Les feuilles sont grandes, vertes, ovales-elliptiques et disposées dans une position alternée ou opposée. La corolle mesure jusqu'à 2,5 cm de diamètre, en forme de coupe, à l'extérieur verdâtre, à l'intérieur ridée, crème avec une marge et des rayures violet foncé, glabre ou plus ou moins à poils blancs, des deux côtés et 5 lobés à moitié -descente.

Rusticité

Zone de rusticité USDA 10a à 11b: de 30 ° F (−1,1 ° C) à 50 ° F (+10 ° C).

Comment grandir et prendre soin

Un compost graveleux convient et des pots en argile facilitent le drainage, en particulier pour les espèces à racines blanches épaissies qui sont les plus sensibles à la pourriture et pour les espèces formant de gros tubercules. Ceropegias apprécient l'eau et un peu d'engrais par temps chaud, même si un certain soin d'arrosage est nécessaire pour les espèces les plus difficiles. Les espèces vigne peuvent souffrir d'une sécheresse prolongée.

En règle générale, bon nombre de ces espèces poussent et grimpent naturellement parmi les buissons qui fournissent de l'ombre et de l'humidité à la base, tandis que la croissance végétative se fait à la lumière. Là où les tubercules se trouvent, il vaut mieux les planter à la surface du compost, et la croissance végétative permet de s'enrouler autour des supports ou de descendre d'un pot suspendu. Ce dernier mode de croissance a l'avantage de ne pas utiliser un espace de paillasse précieux. Les petits tubercules formés au niveau des joints des tiges minces de certaines espèces peuvent être utilisés pour la multiplication. Si le tubercule pourrit ou se dessèche, ne paniquez pas. Tant qu'une partie de la croissance supérieure est encore dans un état raisonnable, il peut être possible de sauver la plante en réenracinant les tiges dans du gravier humide… - Pour en savoir plus: Comment cultiver et entretenir Ceropegia

Origine

Il est originaire du Congo, du Malawi, de la Zambie, de la Tanzanie et du Zimbabwe.

Liens

  • Retour au genre Ceropegia
  • Succulentopedia: parcourez les plantes succulentes par nom scientifique, nom commun, genre, famille, zone de rusticité USDA, origine ou cactus par genre

Galerie de photos


Abonnez-vous maintenant et soyez au courant de nos dernières nouvelles et mises à jour.





Ceropegia buchananii (N.E.Br.) Bruyns

Comprend les données des synonymes:

Selon Kew Bulletin sous le synonyme Brachystelma buchananii

Masinde, P. (2007). Une révision de Brachystelma Sims (Apocynaceae: Asclepiadoideae-Ceropegieae) en Afrique de l'Est. Bulletin de Kew, 62 (1), 37-84. Récupéré de http://www.jstor.org/stable/20443316

Type Malawi (Nyasaland), Southern, Prov., Shire Highlands, sans date, Buchanan 116 (holotype K !, fragment: une feuille et une fleur dans une enveloppe). Morphologie Habit général Stout, plante érigée à 30 cm de haut Morphologie Racines Racine un tubercule discoïde de 5 cm de diamètre. Tige dressée, nœuds robustes entre-nœuds légèrement gonflés (10 -) 50 mm de long, 3 - 4 mm de diamètre, pubescents tout autour, poils minuscules, simples, blanchâtres-translucides, réfléchis Morphologie Feuilles Feuilles herbacées, étalées, subsessiles à pétiolées courtes ± 0 - 4 mm de long limbe 38 - 127 x 19 - 70 mm, largement elliptique, elliptique-obovale ou oblancéolé-oblong, base cunéiforme-aigu, apex aigu, subobtus ou acuminé les deux surfaces brièvement pubescentes en particulier sur les veines et la nervure médiane en dessous, marge entière, ciliolée Morphologie Morphologie reproductrice Inflorescences Inflorescence terminale, ombelles sessiles 20 à 30 fleurs, jusqu'à 80 mm de diamètre, fleurs s'ouvrant simultanément bractées subulées, env. 1 x 0,2 mm, + pédicelles pubescents (5 -) 38 mm de long, env. 1 mm de diamètre, courtement pubescent Morphologie Morphologie reproductrice Fleurs Calice Sépales linéaires-lancéolés ou lancéolés-atténués, 4-6 x c. 1 mm à la base, abaxialement finement pubescente Morphologie Morphologie reproductrice Fleurs Corolle Corolle au total 15-26 mm de diamètre, tournantes ou largement en forme de soucoupe, glabres sur tout l'extérieur mauve foncé ou violet noirâtre intérieur concentriquement zoné de violet jaunâtre et noirâtre ou violet foncé -brun tube en forme de coupe ou de bol, 12-16 mm de diam. à la bouche, 6 lobes de 16 mm de profondeur 3 - 6 mm de long, 2 - 5 mm de large à la base, triangulaires-aigus, lobés à mi-chemin ou réduits à dents deltoïdes Morphologie Morphologie de la reproduction Fleurs Corona Corona globulaire, env. 4,5 mm de diamètre x 2,5 mm de haut, subsessiles, bisériés, lobes externes rouge-brun cupuleux à la base, bord profondément incisé au centre en ± sinus en forme de U, dents à 10 dents c. 1 - 2 mm de long, deltoïde-subulé, ascendant, densément poilu blanchâtre dans la moitié supérieure des lobes internes 1 - 1,5 mm de long, env. 0,4 mm de large, linéaire ou oblong, obtus, reposant sur le dos des anthères et les égalant ou légèrement dépassant ceux-ci, rails de guidage glabres c. 400 pm de long carpelles glabres Morphologie Morphologie reproductrice Fleurs Pollinarium Pollinarium: pollinie 250 - 500 x 170 - 400 μm, corpusculum, obovale c. 150 x 50 pm, avec larges membranes latérales basales Morphologie Morphologie reproductrice Fruits Follicules épaisses fusiformes, env. 68 x 9 mm, lisse. Phénologie Floraison: janvier Écologie Altitude saisonnière des prairies humides, 1150 1600 m. Distribution Tanzanie (T4, 8), Dém. Congo, Malawi, Zambie, Zimbabwe. Remarque En termes de taille globale des tiges, de feuilles et de hauteur, cette espèce est la plus grande Brachystelma d'Afrique de l'Est. B. buchananii sont des plantes robustes comparées aux Brachystelmas généralement nains et d'apparence faible de la région. La disposition et la taille de l'inflorescence sont très similaires à celles de B. barberae Hook. F. Une inflorescence aussi spectaculaire fait de cette espèce un bon candidat pour la culture comme plante ornementale. Il est étroitement lié à B. omissum Bullock et B. togoense Schltr. qui se produisent plus fréquemment du centre à l'ouest de l'Afrique bien que B. omissum atteigne la Zambie. B. buchananii a la répartition la plus à l'est de l'alliance de ces trois espèces. La forme végétative et l'inflorescence comprenant une ombelle terminale dense et globuleuse sont les mêmes chez les trois espèces. Les formes corolle et corona sont similaires mais B. buchananii diffère des deux autres espèces par la corolle complètement glabre à la fois à l'intérieur et à l'extérieur et dans leur couleur. B. buchananii est plus similaire dans sa morphologie végétative, corolle et corona à B. omissum qu'à B. togoense. Les trois taxons ont une structure corona de base composée de lobes corona externes bien développés avec une marge profondément incisée, ce qui donne des dents bien développées et poilues. Les lobes externes s'élèvent souvent bien au-dessus de la tête du stylet. Les lobes internes égalent ou dépassent les anthères chez B. buchananii et B. omissum, tandis que chez B. togoense, ils sont rudimentaires à la base des anthères. B. buchananii ne semble pas être apparenté à B. chlorozonum E. A. Bruce comme l'a supposé Meve (2002). B. chlorozonum a un port décombent ou rampant, des fleurs pendantes solitaires, une couronne profondément cupulaire sans aucune dent sur les lobes externes et donc tout à fait différente de l'espèce de l'alliance B. buchananii-omissum -togoense. Il existe cependant quelques similitudes dans la forme végétative, en particulier dans la forme des feuilles et de l'indumentum, mais celles-ci sont très probablement superficielles. B. buchananii est probablement également apparenté à B. maritae (voir sous B. maritae pour une discussion plus approfondie). Lauchs (2002a, b) rapporte que Brachystelma buchananii dans les provinces de Ruvuma, Iringa et Mbeya en Tanzanie dans le sud des Highlands, pousse à 12 cm de haut dans un sol bien drainé, caché dans l'herbe courte d'environ 1600 à 2100 m où il résiste aux gelées nocturnes . La végétation associée typique est constituée d'Aeollanthus spp., Plectranthus spp. et de petits buissons Protea ainsi que des bulbes et des orchidées.

D'après Flora of Tropical East Africa sous le synonyme Brachystelma buchananii

Apocynaceae (partie 2), David Goyder, Timothy Harris, Siro Masinde, Ulrich Meve, Johan Venter. Flore de l'Afrique orientale tropicale, 2012

Morphologie Habit général Stout, plante érigée à 30 cm de haut. Morphologie Racines Racine un tubercule discoïde de 5 cm de diamètre. Morphologie Tige Tige dressée, robuste, 3–4 mm de diamètre, nœuds légèrement enflés, pubescents tout autour Morphologie Feuilles Feuilles pétiole herbacé 0–4 mm de long limbe largement elliptique, elliptique-obovale ou oblancéolé-oblong, 38–127 × 19–70 mm, base cunéiforme-aiguë, apex aigu, subobtus ou acuminé, brièvement pubescent surtout sur les veines et la nervure médiane en dessous, marge ciliolée. Inflorescence terminale, ombelles sessiles 20–30 fleurs, jusqu'à 80 mm de diamètre, fleurs ouvrant simultanément bractées subulées, ± 1 × 0,2 mm, pédicelles pubescents de 5–38 mm de long, courtement pubescents Morphologie Morphologie reproductrice Fleurs Calice Sépales linéaires-lancéolés ou lanceolateattenuate, 4–6 × ± 1 mm, abaxialement finement pubescent Morphologie Morphologie reproductrice Fleurs Corolle Corolle au total 15–26 mm de diamètre, tournantes ou largement en forme de soucoupe, glabres sur tout l'extérieur intérieur mauve foncé ou violet noirâtre concentriquement zoné de jaunâtre et noirâtre tube violet ou brun-violet foncé en forme de coupe ou de bol, 6–16 mm de profondeur, 12–16 mm de diamètre aux lobes buccaux triangulaires-aigus, 3–6 × 2–5 mm, lobé à mi-hauteur ou réduit à dents deltoïdes Morphologie Morphologie de la reproduction Fleurs Corona Corona globuleuse, ± 2,5 × 4,5 mm, subsessile, biseriate, lobes extérieurs rouge-brun cupuleux à la base, marge profondément incisée au centre dans ± sinus en forme de Us, dents à 10 dents de 1–2 mm de long, delto id-subulées, ascendantes, densément poilues blanchâtres dans la moitié supérieure des lobes internes linéaires ou oblongs, 1–1,5 × ± 0,4 mm, obtus, reposant sur le dos des anthères et les égalant ou légèrement dépassant ceux-ci, rails de guidage glabres de ± 0,4 mm de long Morphologie Morphologie reproductrice Fleurs Pollinia Pollinia 0,25–0,5 × 0,17–0,4 mm, corps obové ± 0,15 × 0,05 mm Morphologie Morphologie reproductrice Fruits Follicules épaissement fusiformes, ± 68 × 9 mm, graine lisse non connue. Ecologie Prairies saisonnièrement humides 1150–1600 m Note En termes de taille globale des tiges, de feuilles et de hauteur, cette espèce est la plus grande Brachystelma en Afrique de l'Est. Il est étroitement lié à B. omissum Bullock et B. togoense Schltr. qui se produisent plus fréquemment du centre à l'Afrique de l'Ouest, bien que B. omissum atteint la Zambie. Distribution: Congo-Kinshasa, Zambie, Malawi, Zimbabwe Districts de flore: T4 T? 6, T8


Enregistrements détaillés: Afficher les enregistrements d'espèces Cartes QDS par: Google Maps Enregistrements ponctuels par Google Maps

Albers, F. et Meve, U. (éd.) (2002). Asclépiadacées Manuel illustré des plantes succulentes Springer-Verlag Pages 23-24. (Comprend une image).

Binns, B. (1968). Une première liste de contrôle de la flore herbacée du Malawi L'imprimeur du gouvernement, Zomba, Malawi Page 20.

Bruyns, P.V., Klak, C. et hanáček, P. (2018). Un compte de la secte Ceropegia. Chamaesiphon (Apocynaceae) en Moçambique avec de nouveaux enregistrements et deux nouvelles espèces Phytotaxa 364(2) Pages 119 à 121. As Ceropegia buchananii

Mapaura, A. et Timberlake, J. (éd.) (2004). Une liste de contrôle des plantes vasculaires du Zimbabwe Rapport du Réseau de la diversité botanique de l'Afrique australe n ° 33 Sabonet, Pretoria et Harare Page 19.

Phiri, P.S.M. (2005). Une liste de contrôle des plantes vasculaires zambiennes Rapport du Réseau de la diversité botanique de l'Afrique australe n ° 32 Page 24.


Voir la vidéo: How to Propagate String of Hearts Ceropegia woodii


Article Précédent

Hémérocalles

Article Suivant

Roses monticules pour la protection hivernale