Photographies de Crinum flaccidum


Pour vous offrir le meilleur service possible, ce site utilise des cookies. Pour en savoir plus, lisez nos informations.
En poursuivant votre navigation, en cliquant sur ok ou en faisant défiler la page, vous consentez à l'utilisation de tous les cookies.

D'accordInformations sur les cookies


Pennisetum flaccidum

Bohuћel k tomuto druhu ћбdnй podrobnмjљн informace nemбm. Dokбћete-li nминm pшispмt, zaљlete mi prosнm informace na :. Dмkuji.

Nepodaшilo se mi zнskat fotografii. Mбte-li nмjakou k dispozici a nenн chrбnмna autorskэm prбvem, prosím ou zaslбnн na :. Dмkuji.

Popis rodu Pennisetum

Pochбzн z tropickэch a teplэch ибstн svмta. Roste v trsech. Dorщstб vэљky 1 - 4m.

Potшebuje plnй slunce, pщdu bohatou na ћiviny s dobrou nasбkavostн vody.

Vnce informacн zнskбte, pokud si zobrazнte celэ rod rostliny.

Popis иeledм Poacées (Lipnicovitй)

Шadн se sem na 400 rod s cca 10 000 druhy. Pokud se rozhlйdnete kolem sebe, tak vљude spatшнte zбstupce tйto иeledi. Patшн sem totiћ vљechny trбvy (vиetnм obilovin à pнcnin). Sami dobшe uhodnete, ћe sem tedy budou patшit jednoletky, dvouletky i trvalky a ћe se jednб ou byliny a jednodomй rostliny. Dбle sem patшн ale i dшeviny typu bambus a obиas i liбny. Dнky univerzбlnosti zбstupce nalezenete na celй zemi a to i v tйmмr vљech vэљkovэch pбsmech a mнstech. Rбdi se shlukujн do très. Existujн nбsledujнcн podиeledi:

  • Anomochlooideae
  • Aristidoideae
  • Arundinoideae
  • Bambusoideae
  • Centothécoïdes
  • Danthonioideae
  • Ehrhartoideae
  • Chloridoideae
  • Micrairoideae
  • Panicoideae
  • Pharoïdes
  • Pooideae
  • Puelioideae

Rostlinu vмtљinou tvoшн dutй stйblo s kolйnky. Pod zemн vytvбшн obvykle tenkй koшнnky ve svazeиcнch. Listy jsou vмtљinou bez шapнku, jsou jednoduchй ибrkovitм nebo ъzce kopinatм tvarovanй, obиas ostшe prohnutй podle stшednн ћilky (ћilnatina je soubмћnщћ), umнstшнщћ Kvмty bэvajн oboupohlavnй, neиastмji seskupenй do klбskщ (obdaшenэch na spodnн stranм dvмmi plevami). Ty zase jsou seskupenй ve staћenй latм. Nejиastмjљнm plodem je obilka a dбle tшeba naћka nebo bobule i oшнљek.

Dalљн informace, zdroje une liste doporuиenб:

  • Vermeulen, N. Byliny à koшenн. 3. vydбnн. Pшel. PhDr. P. Martнnkovб. Иestlice: Rebo Productions CZ, spol. s r. o., 2008. 320 s. ISBN 978-80-7234-664-6
  • Hlava, B., Tбbborskэ, V., Valниek, P. Tropickй à subtropickй zeleniny - pмstovбnн à vyuћitн. Praha: Nakladatelstvн Brбzda, s. r. o., 1998. 172 s. ISBN 80-209-0274-0
  • Aichele, D., M. Golte-Bechtle. Co tu kvete? Kvetoucн rostliny stшednн Evropy ve volnй pшнrodм. Pшel. H. Janбиkovб. Praha: Groupe Euromedia, k. s., 2005. 430 s. ISBN 80-7202-808-1
  • Noordhuis, K. T. Zahradnн Rostliny. 4. vydбnн. Pшel. Ing. M. Volf, CSc. Иestlice: Rebo Productions CZ, spol. s r. o., 2006. 320 s. ISBN 80-7234-567-2
  • Kubбt, K. Klни ke kvмtenм Иeskй republiky. 1. vydбnн. Praha: Academia nakladatelstvн Akademie vмd Иeskй republiky, 2002. 927 s. ISBN 80-200-0836-5
  • kolektiv autor Botanika. Slovart, 2007. 1020 s. ISBN 978-80-7209-936-8
  • Vбcelav Zelenэ Rostliny Stшedozemн. 2. vydбnн. Praha: Academia, 2012. 510 s. ISBN 978-80-200-2088-8
  • http://www.efloras.org/


Natal Lily, Crinum Lily de Moore, Lily de l'Orénoque

Crinum moorei (Natal Lily) est une élégante plante vivace bulbeuse qui présente des grappes hochées de grandes fleurs blanches parfumées en forme de cloche, parfois teintées de rose clair. Floraison successive de la fin de l'été à l'automne, les fleurs accrocheuses s'élèvent bien au-dessus d'une rosette de longues feuilles vertes brillantes aux bords ondulés, jusqu'à 3 pieds. long (90 cm). Une tige florifère peut porter jusqu'à 5 à 10 fleurs. L'un des meilleurs bulbes de la fin de l'été, ce lis augmentera en taille et en magnificence année après année.

  • Pousse jusqu'à 2-3 pieds. haut et large (60-90cm).
  • Fonctionne mieux en plein soleil dans humide, riche en humus, fertile, sol bien drainé. La meilleure croissance se produit en plein soleil, mais une certaine ombre tachetée est appréciée pendant la chaleur de la journée dans les régions chaudes de l'été. Intolérant à l'engorgement. Ressente d'être dérangé.
  • Excellent ajout aux lits et aux bordures, aux conteneurs.
  • Fiable, facile à cultiver, généralement exempt de maladies et de parasites. Cependant, faites attention aux limaces et aux escargots.
  • Propager par graines semées dans des récipients avec chaleur inférieure à maturité ou par compensation au printemps.
  • Originaire d'Afrique du Sud.
  • L'ingestion peut causer de légers maux d'estomac


Nom Statut Un niveau de confiance La source Date de livraison
Amaryllis australasica Ker Gawl. Synonyme WCSP 2012-03-23
Amaryllis australis Spreng. [Illégitime] Synonyme WCSP 2012-03-23
Amaryllis flasque Weinm. Synonyme WCSP 2012-03-23
Crinum angustifolium var. blandum (Doux) Boulanger Synonyme WCSP 2012-03-23
Crinum arénarium var. blandum Doux Synonyme WCSP 2012-03-23
Crinum corynorrhizum F. Muell. Synonyme WCSP 2012-03-23
Crinum lutéolum Traub et L.S. Hannibal Synonyme WCSP 2012-03-23
Crinum pestilentis F.M.Bailey Synonyme WCSP 2012-03-23
Crinum pestilentis var. lutéolum (Traub et L.S. Hannibal) Hannibal Synonyme WCSP 2012-03-23
Crinum weinmannii M.Roem. Synonyme WCSP 2012-03-23
Taenais australasie (Ker Gawl.) Salisb. [Invalide] Synonyme WCSP 2012-03-23

Les bases de données suivantes peuvent contenir des informations supplémentaires sur ce nom. Veuillez cliquer sur n'importe quel bouton pour suivre un lien vers cette base de données.

Pour revenir à la liste des plantes: veuillez utiliser le bouton de retour de votre navigateur pour revenir à cette page.


Obrazový opravník obecně oblíbených omylů 4.: Kustovnice

Rod kustovnice (Lycium) není třeba nijak zvlášť představovat. Čítá celkově nějakých 100 druhů s centre rozšíření contre Jižní Americe a druhotným center contre pustinách Střední Asie a Číny (contre Číně roste 7 druhů).

Jako první použil jméno Lycium barbarum už botanik Carl Linné v díle Espèce Plantarum v roce 1753. Druhý jeho popis následoval contre reedici v roce 1762. Pak přišel popis Philipa Millera z roku 1768. Další byl Lamarckův popis Lycium barbarum z roku 1792.
C. Linné à P. Miller pod stejným jménem však popisují různé rostliny. Miller původní Linného rostlinu L. barbarum popisuje pod jménem L. halimifolium. K záměně došlo snad proto, že Linné omylem udal původ druhu ze severní Afriky à Blízkého východu.
Při pohledu na typovou položku je však vše jasné. L. barbarum je opravdu ten druh, který se u nás pěstuje a běžně zplaňuje. Millerova záměna jmen se však stále traduje, a to i v naší literatuře - z dřívějších prací např. V. Jirásek et al.: Naše jedovaté rostliny, z novějších J. Koblížek: Jehličnaté to listnaté dřeviny našich zahrad to parků.

Přehled Rostlin, které se mohou skrývat pod jménem Lycium barbarum:

Lycium shawii Roem. et Schult. (1819)
(syn.: Lycium barbarum Moulin. )
Větve přímé, jen contre horní části mírně dolu prohnuté. Větve s výraznými kolci. Listy sivé, tučné. Květy bílé či růžové, korunní trubka cca 3–4 × delší než kalich, tyčinky vyčnívají z trubky ven, na bázi jsou lysé. Subtropický pustinný druh rostoucí na Blízkém východě (Izrael, Jordánsko, Sýrie, Irán, Irák).
Na internetu najdete správné photos tohoto druhu například zde.

Lycium barbarum L. (1753) - kustovnice cizí
(syn.: Lycium halimifolium Moulin., L. vulgare Dun., L. flaccidum K. Koch)
Výběžkatý keř s obloukovitě prohnutými větvemi. Listy jsou jednoduché střídavé, sivé, variabilního tvaru. Kalich má dva cípy, dosahuje minimálně do 2/3 délky korunní trubky. Tyčinky jsou na bázi chlupaté.
Druh s obrovským areálem zahrnujícím Středomoří, teplejší oblasti Sibiře, Střední Asii, Mongolsko a severozápadní Čínu, zde pouze provincii Ningxia (Ningín-siaí oblast, Chuejská autonomn čud) ning xia gou qi. Ve střední Evropě zplanělý. Podle některých autorů je původní pouze ve Středomoří a na zbývající části areálu zdomácnělý, podle jiných je domácí ve Střední Asii a zdomácnělý naopak ve Středomoíř. Protože se jedná o dlouho pěstovanou kulturní rostlinu, je její původní areál nejistý. Občas v naší literatuře je tento druh uváděn jako jedovatý. To je dáno tím, že patří do jeduplné čeledi lilkovitých (withanolidy, pyrrolové dérivé d'une alcaloïdie tropanové).

Lycium chinense Moulin. (1768) - kustovnice čínská
(syn.: Lycium barbarum var. chinense (Miller) Aiton, L. megistocarpum Dunal var. ovatum (Poiret) Dunal, L. ovatum Poiret, L. rhombifolium Dippel, L. sinense Grenier, L. trewianum Roemer et Schultes, Lycium barbarum Lam.)
Kustovnice čínská se od předcházejícího druhu liší kalichem minimálně trojcípým, korunní cípy jsou na okrajích pýřité. Listy jsou zelené a obvykle širší. L. chinense bylo považováno za varietu či poddruh Lycium barbarum, Lamarckův popis L. barbarum z roku 1792 se nejspíše vztahuje k tomuto druhu. Dodnes jsou contre některé dendrologické literatuře (Manuel Hillier des arbres et arbustes) oba druhy spojovány. Je možné, že kustovnice čínská je ustálená kulturní forme či hybride kustovnice cizí.
Kustovnice čínská je rozšířená v Číně, Nepálu, Pákistánu, Koreji in Japonsku, na části areálu však může být zplanělá.
L. chinense se pěstuje ve velkém contre Číně a dalších státech východní Asie jako léčivá a ovocná rostlina, její pěstování je známé z literárních údajů již od 7. století. Nejčastěji se používají plody jako tonikum, pojídají se i mladé zelené výhony jako zelenina. Kořeny slouží jako drogue ke snižování teploty. Ze semen se lisuje olej. Rostliny se vysazují i ​​jako meliorační porosty bránící erozi půdy. Čínský název zní gou qi (goji).

Na závěr ještě dodejme:
U nás hojně rozšířenou kustovnici není možné ztotožňovat s východoasijskou kustovnicí, ze které se získávají takzvané plody goji.


Crinum

Crinum est un grand genre de la famille des Amaryllidacées que l'on trouve dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes d'Asie, d'Australie, d'Afrique et des Amériques. La plupart des espèces sont des cultivateurs d'été et ont de grandes fleurs voyantes et parfumées. Les bulbes sont gros et ont une longue durée de vie. Rachel Saunders et Jim Waddick ont ​​donné de bons conseils sur la façon de grandir Crinum à partir de graines. Les graines doivent être semées dans un mélange bien drainé. Faites une petite dépression dans le terreau et placez les graines dans la dépression. Ne couvrez pas les graines. Peu importe la façon dont vous les plantez, ils se trieront d'eux-mêmes. Les graines germeront avec une température chaude, une humidité élevée et un bon contact avec le sol. Gardez le pot constamment humide. Les graines fraîches germent rapidement et atteignent une bonne taille en un an. Avec une fertilisation de routine, les plants mûriront rapidement et devront être rempotés. Planter les graines dans un grand récipient réduira le nombre de rempotages. Une autre ressource pour ce genre est la page Web d'Al Sisk

xAmarcrinum est notre page wiki avec des photos d'hybrides entre Amaryllis et Crinum.
Spodoptera picta est un ravageur sérieux pour ce genre en Australie.
Crinum Hybrides est notre page wiki avec des informations sur l'hybridation et un tableau de photos avec des liens vers des informations et des photos d'hybrides.

Pour plus de photos et d'informations sur l'espèce, sélectionnez la page wiki appropriée:


Photographies de Crinum flaccidum

Une plante rare à Victoria qui est commune ailleurs

Crinum flaccidum est le lis des plaines inondables du bassin Murray-Darling. Il a des feuilles charnues en forme de sangle et de grandes fleurs blanches - la plus grande de toutes les plantes victoriennes. Il est connu à Victoria à seulement sept endroits près de la rivière Murray, dans l'extrême nord-ouest. Tous les sites, qu'ils soient ou non dans des réserves de conservation, sont fortement perturbés et abritent des populations d'espèces non indigènes qui constituent plus d'un tiers de la flore locale.

La classification victorienne de vulnérable est assez évident compte tenu des données ci-dessus, mais Crinum n'est classée comme rare ou menacée nulle part ailleurs car c'est l'une des espèces végétales les plus répandues dans le pays. Crinum se trouve dans les pays des plaines inondables en Australie du Sud, en Nouvelle-Galles du Sud, dans le Queensland, en Australie occidentale et dans le Territoire du Nord et sa large gamme géographique couvre plus de 50% de la superficie de ces États. Par conséquent, il n'est pas considéré comme menacé en Australie.

Ceci, bien sûr, soulève la question de savoir s'il est approprié de classer une espèce comme vulnérable dans un état qui supporte environ 1% de sa population totale. Il semble que ce soit une application pédante d'un ensemble de règles selon une ligne de démarcation artificielle (une frontière d'État) qui ne sont d'aucune importance pour la conservation de l'espèce dans son ensemble. La vérité, cependant, est que, que les frontières étatiques soient naturelles ou non, il ne fait aucun doute qu'elles représentent de véritables frontières écologiques dans le monde moderne. La gestion des terres, et donc la conservation de la flore et de la faune, est presque entièrement contrôlée par les gouvernements des États, et s'il existe des différences dans les politiques de conservation ou les ressources entre les États, il est logique que chaque État s'occupe des siens du mieux qu'il peut.


La morphologie de Crinum flaccidum varie considérablement dans son aire de répartition, du nord du Queensland à l'aride, à l'intérieur des terres de l'Australie méridionale. La couleur, la forme et la structure de la fleur diffèrent d'un endroit à l'autre, tout comme la taille globale de la plante. En conséquence, les nombreuses formes se sont vu attribuer des noms différents dans le passé (au moins 10 noms sont utilisés dans la littérature actuellement disponible) et, malgré la taxonomie conservatrice actuelle, il est possible (peut-être probable) qu'à un moment donné dans le futur, une seule espèce sera être séparé en plusieurs espèces ou sous-espèces. En effet, il est inhabituel pour une espèce si répandue et si variable de rester sous un seul nom. Si cela se produit et que la forme victorienne - qui a été décrite comme étant distincte de celles plus au nord - se trouve appartenir à une espèce ou sous-espèce avec une distribution plus restreinte, alors son état de conservation changerait.

Ceci est, bien sûr, supposer que Crinum flaccidum est toujours classée comme une seule espèce. Une telle situation n'est cependant pas sans précédent. Jusqu'à récemment, le petit arbre côtier Eucalyptus diversifolia était considéré comme vulnérable à Victoria car il était connu de seulement quelques sites dans l'extrême sud-ouest de l'état. Sinon E. diversifolia est l'un des eucalyptus les plus répandus et les plus abondants dans la région côtière de l'Australie du Sud, ce qui rend cette situation analogue à celle de Crinum flaccidum. Un examen de la taxonomie de E. diversifolia (en 2006) a révélé qu'il existe trois sous-espèces distinctes et l'une d'entre elles (subsp. mégacarpa) est presque entièrement confinée à Victoria. Une deuxième sous-espèce (subsp. hesparia) n'est connue que dans une petite zone près de la frontière WA-SA.

Ce type de recherche contribue dans une certaine mesure à justifier l'approche consistant à voir la rareté dans un État plutôt que dans l'ensemble du pays.

© Paul Gullan, Bases de données biologiques Viridans


Le genre Crinum (Amaryllidaceae)

Certaines espèces communes de jardin et hybrides en couleur.

L. S. Hannibal et Aaron Will parlements Copyright © 1998 Lester Hannibal. Tous les droits sont réservés. Veuillez patienter, cette page est encore en développement - Aaron

Le genre Crinum est un groupe attrayant de lys tropicaux et subtropicaux que l'on trouve en Afrique, en Asie, en Australie et souvent dans les zones sans gel d'Amérique du Nord et du Sud. Des illustrations ou des photographies en couleur apparaissent de temps à autre dans des publications botaniques, mais aucune collection organisée n'a été publiée auparavant. En conséquence, mes nombreux amis collectionneurs ont fourni des photos et des commentaires de sorte que certains des membres les plus connus du genre puissent être présentés comme un groupe organisé. En même temps, certaines notes culturelles et d'élevage sont incluses. C'est un groupe tentant de s'hybrider, mais délicat.

En 1820-40, Dean William Herbert s'est intéressé au groupe après avoir fleuri un hybride assez frappant. À cette époque, les opinions ecclésiastiques existantes étaient que la plupart des espèces végétales et animales avaient entièrement évolué par croisement après le déluge de Noé. Herbert a donc lancé tout un programme de sélection et s'est retrouvé 15 ans plus tard avec seulement 24 hybrides nommés. Sur les 24, deux seulement avaient produit des semences. La vieille théorie hybride tomba silencieusement à plat ventre!

Les mêmes problèmes d'élevage existent encore aujourd'hui. Les espèces de crinum plus colorées présentent une incitation naturelle à essayer diverses expériences d'hybridation, et des hybrides sont couramment obtenus. Mais, ces derniers sont généralement des mules stériles, comme Herbert l'a progressivement réalisé et ainsi déclaré. Souvent, les pollens hybrides sont viables, mais la plupart des combinaisons hybrides sont peu enclines à accepter les pollens, à moins qu'ils ne soient parentaux, et même à contrecœur. Parfois, les pollens hybrides se croisent contre des espèces parentales ou alliées. Mais le succès est souvent limité en raison de conflits génétiques. En 50 ans, je n'ai développé que deux ou trois hybrides interspécifiques qui produisent en fait des graines librement. D'autre part, la reproduction intraspécifique entre des variantes apparentées aboutit souvent à des hybrides fertiles, ainsi qu'à certains non fertiles. La reproduction intraspécifique est donc la plus réussie, bien que rarement tentée, sauf avec C. scabrum et ses nombreuses variantes.

En 1888, JG Baker, auteur du Handbook of the Amaryllidaceae, a divisé le genre Crinum en trois subdivisions de sous-genres, avec celles-ci basées sur la forme et l'arrangement des pétales: (1) pétales linéaires dans un arrangement actinomorphe pour le sous-genre Stenaster, ( 2) pétales de lorate, également agencés de manière actinomorphe, pour le sous-genre Platyaster et (3), pour le sous-genre Codonocrinum, il a cité ces formes avec de larges pétales elliptiques en fleurs courbes en forme de trompette ayant une symétrie bilatérale. Génétiquement, et sur la base de l'évolution, nous trouvons une autre division de base notée par Ker-Gawler en 1787 où les fleurs respectives ont leurs capsules de graines sessiles ou subsessiles aux ombelles, ou au contraire (2) ont leurs capsules de graines et fleurs montées sur pédicelles de plusieurs pouces de longueur. Cette division sessile-pédicellée nous donne six groupes morphologiques distincts qui facilitent grandement toute classification préliminaire, ainsi que suggèrent des combinaisons de reproduction. Nous avons donc évidemment arrangé nos illustrations d'espèces en fonction de ces groupes spécifiques.

Ensuite, selon G.Ledyard Stebbins, un généticien des plantes très respecté à l'UC Davis, les Crinum primitifs étaient des plantes de marais avec des feuilles en forme de jonc, qui portaient de simples fleurs sessiles avec des pétales linéaires étroits, (ou plus spécifiquement, des `` tépales '' que les botanistes préférez utiliser à la place des pétales). Le fait est qu'au cours des derniers millions d'années avec les nombreux changements climatiques, ces plantes aquatiques, en particulier côtières, se sont répandues facilement sur les courants océaniques et ont moins souffert des longs cycles de sécheresse, et ont fait peu de changements adaptatifs. Ainsi, nos Crinum plus primitifs sont apparemment les formes actinomorphes à fleurs sessiles et à pétales linéaires comme C. defixum que l'on trouve principalement en Asie et en Indonésie, ou les nombreuses variantes de C. americanum qui vont du nord de la Floride et du golfe de Louisiane au nord de l'Argentine. (Certaines formes américaines se retrouvent avec des tépales linéaires, non lorés, donc logiquement elles sont parmi les plus primitives).

Parallèlement, nous trouvons des formes tépales linéaires ayant des pédicelles allongées, normalement avec de nombreuses fleurs comme le C. asiaticum qui sont essentiellement aquatiques. Plusieurs de ces premières formes existent encore en Afrique, mais y ont subi plus de modifications que l'Asie. Avec des sécheresses prolongées, les plantes africaines de l'intérieur des terres ont subi un plus grand stress climatique avec les modifications qui en résultent. Ici, un groupe a réussi à développer les fleurs zygomorphes avec les tépales larges et les tepaltubes courbes, principalement pour protéger la stigmatisation et les parties alliées de la lumière directe du soleil. De même, les formes de type Codonocrinum sessiles et pédicellées ont évolué et, selon toute probabilité, ces dernières ont donné naissance à Nerine, Brunsvigia, Amaryllis belladonna, Cybistetes et Crossyne, car toutes possèdent les mêmes caractéristiques zygomorphes bilatérales. Parmi les formes sessiles-zygomorphes de Crinum (toutes tropicales), nous avons la série C. jagus (ex C. giganteum) et la série Crinum Ornatae qui contient C. scabrum, C. Abyssinicum et même C. zeylanicum d'Inde. À son tour, le groupe zygomorphe à longue pédicelle contient des formes telles que C. bulbispermum, C. macowanii et C. moorei, toutes semi-tropicales ou subtropicales.

Ainsi, une fois que nous connaissons ces six groupes morphologiques distinctifs et leurs caractéristiques et habitudes les plus évidentes, leurs identifications sont simplifiées, tout comme leurs possibilités d'intercroisement.

Les personnes suivantes ont fourni des images pour cette étude.

Luther Bundrant
Gordon Mc Neil
Mme D. C. Sheppard
Barry Clark
Robin Manasse
Steve Lowe
William Reuter
Michael Willets
Dave Lehmiller
Glen Tims
Dave Symon
Jim Melvin
Pat Malcolm
Marty Williams
Greg Pettit
Les Hannibal, votre rédacteur en chef et bulbiste en chef
Et sans oublier ma fille, Dorothy, qui a tapé ceci pour le CD et mon petit-fils, Aaron Williams, qui a transcrit et édité les photos couleur et a mis en place ce site Web, quelque 400 mégaoctets de données.

I: Crinum primitif à fleurs sessiles à tépales linéaires: sous-genre Stenaster.

Fig.1: Crinum mauritanianum Lodd. Originaire de Madagascar. Seuls quelques collectionneurs possèdent cette espèce qui a été photographiée par Mme D. C. Sheppard. L'espèce est parfois confondue avec C. firmifolium en raison d'erreurs de publication antérieures.
Fig. 2: Crinum subscernuum Baker. Cette plante a été confondue avec C. crassifolia dans une publication récente. Les tépales mesurent près de 8 mm. large et les pédicelles mesurent parfois 2-3 cm. longue. Par erreur, Baker l'a placé dans le sous-genre Platyaster. Région du fleuve Zambèze. Fig. 3: Une variante de C. subscernuum. Fig.4: Crinum defixum Ker-Gawler. Cette plante a été identifiée à l'origine comme C. asiaticum par Linnaeus dans son 1753 Species plantarum, mais Ker-Gawler a reconnu le Radix toxicara Rumph car il a été cité à tort dans la deuxième édition de Linnaeus de Species plantarum II comme une variante de C. asiaticum. Il a ensuite assez subtilement renommé le spécimen linnéen original C. defixum sans donner de crédit à Linnaeus. Le C. defixum est originaire de la côte est de l'Inde et a été correctement identifié par William Roxburgh comme la forme type originale de Linnaeus. Fig. 5: Crinum firmifolium, identification provisoire. L'ampoule a été reçue de Madagascar par Greg Pettit au Kwazulu (ex Natal). Les fleurs (4 à 6) sont sessiles tandis que les tépales sont ensiformes. Ses caractéristiques suggèrent une adaptation à un marais venteux.

II. Stenaster se forme avec des fleurs pédicellées.



Article Précédent

Comment se débarrasser des taches de ciment sur un mur de pierre et le rendre plus beau?

Article Suivant

Informations sur Sweet Cicely