La Tolmia (Tolmiea) est une plante assez compacte appartenant à la famille des Saxifrage. L'endroit où pousse tolmiya est l'Amérique du Nord. De toute la variété des espèces de cette plante en conditions intérieures, seule Tolmiya Menzies survit.

Tolmia Menzies Est une plante qui couvre la surface du sol. La hauteur ne dépasse généralement pas 20 cm et son diamètre peut atteindre 40 cm. À partir de feuilles adultes, des pousses avec de jeunes pousses et leur propre système racinaire peuvent se former. Tolmia fleurit avec des fleurs vert clair avec des taches rouges, rassemblées en épillets. En pleine terre, la tolmia est utilisée par les jardiniers pour couvrir le sol et en intérieur - comme plante ampel.

Prendre soin de la tolmie à la maison

Emplacement et éclairage

La plante préfère la lumière diffuse. Le meilleur endroit pour tolmiya sera une pièce lumineuse, mais sans exposition directe à la lumière du soleil sur les feuilles. Tolmia est le mieux placé sur les fenêtres nord, mais il peut être placé sur les fenêtres est et ouest, la seule chose est qu'il sera nécessaire d'ombrer la croissance au printemps et en été. Si le tolmiya est cultivé près de la fenêtre sud, il doit toujours être protégé de la lumière directe du soleil.

Température

La température optimale pour garder une plante se situe entre 15 et 20 degrés. Tolmia tolère bien l'hiver à de basses températures de l'air - environ 10 degrés. La pièce avec la plante doit être constamment ventilée, car la plante ne tolère pas l'air stagnant et a constamment besoin d'un afflux d'air frais.

L'humidité de l'air

Tolmia préfère un air à humidité élevée. Mais vous ne devez pas vaporiser les feuilles d'un vaporisateur. Il est préférable d'humidifier l'air avec un bac d'eau ou de placer le pot de fleurs dans de l'argile expansée humide.

Arrosage

L'arrosage de la plante doit être régulier et abondant, car il ne tolère pas le substrat sec. En hiver, l'arrosage est réduit, mais le sol dans le pot ne doit pas se dessécher. Il vaut la peine d'arroser avec de l'eau douce et décantée à température ambiante.

Le sol

Un sol meuble et léger convient à la culture du tolmiya. La composition optimale du sol pour tolmiya doit être mélangée à parts égales de sable et de terre feuillue.

Top dressing et engrais

Tolmia répond bien à l'introduction d'engrais minéraux complexes. Au printemps et en été, ils doivent être appliqués sur le sol au moins deux fois par mois. En automne, l'alimentation est progressivement arrêtée et en hiver, elle est complètement abandonnée.

Transfert

Vous pouvez transplanter une plante à tout moment de l'année au besoin. Placez une épaisse couche de matériau de drainage au fond du pot.

Reproduction de tolmiya

Il est assez simple de propager tolmiya - avec des rosettes filles avec des feuilles. Chaque feuille adulte a plusieurs pousses de rosette avec son propre système racinaire. Ce sont eux qui devraient être transplantés dans un nouveau pot. Vous pouvez enraciner de jeunes pousses à tout moment de l'année.

Maladies et ravageurs

Une maladie courante à laquelle la tolmie est sujette est le soi-disant oïdium. Extérieurement, il se manifeste sous la forme d'une couche pelucheuse de blanc qui apparaît sur les feuilles. Les tiges peuvent également en être affectées. Une plante malade peut être traitée avec du soufre ou des préparations spéciales contre l'oïdium.

Si les feuilles du tolmiya sont pâles, se fanent ou tombent, il est important d'ajuster l'éclairage ou l'arrosage. Et puis la plante ravira son propriétaire avec une belle vue et une floraison.


8 Propagation végétative

Il représente le développement de nouvelles plantes à partir de divers organes végétatifs (tiges, rhizomes, bulbes, feuilles) ou de parties de ceux-ci. La multiplication végétative est répandue dans presque tous les groupes de plantes ornementales. Les seules exceptions sont les annuelles et les vraies bisannuelles (avec un cycle de développement de deux ans), qui ne se reproduisent pas par voie végétative dans des conditions naturelles.

Chez les plantes vivaces, la reproduction végétative s'effectue à l'aide de la tige, de la racine, de la feuille, mais encore plus souvent à l'aide d'organes végétatifs hautement modifiés adaptés à la reproduction (tubercules, bulbes, bulbes, rhizomes, moustaches). L'essence de la multiplication végétative est basée sur la capacité des plantes à se régénérer, c.-à-d. restauration par des organes individuels ou leurs parties de tous manquants. Par conséquent, nous parlons de la restauration d'un organisme végétal entier. Parfois, même à partir de tissus individuels ou d'un groupe de cellules d'un organe, une plante entière peut se développer.

De nombreux types de plantes ornementales se reproduisent avec succès dans la nature par bulbes, rhizomes, tubercules, bulbes, drageons. En floriculture, la multiplication végétative des plantes ornementales est due à un certain nombre de raisons. Chez certains, lors de la reproduction des graines, les caractéristiques variétales ne sont pas préservées (iris, lilas, rose, clématite, phlox, glaïeul, dahlia), tandis que d'autres forment des graines vides ou ne les lient pas du tout.

Toute la variété de la reproduction végétative peut être subdivisée en naturelle et artificielle.

La reproduction végétative naturelle s'est formée au cours de la longue évolution des espèces et est un trait héréditaire. Par conséquent, lors de la culture de plantes à fleurs, ces propriétés doivent être utilisées habilement. La reproduction végétative naturelle est réalisée à l'aide des organes végétatifs suivants:

moustaches - fines pousses rampantes, s'enracinant aux nœuds et formant des rosettes, puis ces pousses meurent et perdent le contact avec le tapis
Plante Rin (fraise, lierre budra) (Fig.2)

bulbe - une pousse, composée d'un fond (tige large raccourcie) et de feuilles modifiées - écailles charnues qui stockent l'eau et les nutriments (Fig. 3).

Les plantes bulbeuses se reproduisent par les enfants (bulbes filles formés à partir des bulbes de la plante mère - tulipe, jonquille, jacinthe) et des bulbes (bulbes qui se forment à l'aisselle d'une feuille ou d'une inflorescence - blanc, bulbeux, lys tigre)

tubercule de racine - une section de racine étendue. Se développe

sur les racines latérales ou adventives d'un dahlia, d'hémérocalle, de chistyak

corme - une base de tige épaissie avec des feuilles effrayantes ou coriaces au sommet (glaïeul, crocus, montbrecia) (Fig.4).

rhizomes - pousses souterraines avec des feuilles écailleuses et des bourgeons à l'aisselle et à la fin de la pousse (cannes, astilba, funkia, verge d'or, muguet, iris, pivoine, badan, rudbeckia) bourgeon de couvain - un bourgeon qui se forme sur le feuilles de certaines plantes en pleine terre (pâturin bulbeux, orpin hirsute, saxifrage des neiges, tolmia). En tombant, le bourgeon de couvain donne naissance à un nouvel individu. Les plantes qui se reproduisent de cette manière sont appelées vivipares.

La multiplication végétative artificielle peut être divisée en plusieurs techniques de base: division, boutures, stratification et greffage.

La division consiste à diviser le buisson, les rhizomes, les pousses de racines, les tubercules de racines et de tiges, les cormes. Il y a des racines dans la partie détachable de la plante ou dans un organe spécialisé,
bourgeons et tiges, c.-à-d. tout ce dont vous avez besoin pour un développement ultérieur. Par conséquent, la technique de sélection considérée est relativement simple et ne nécessite pas de techniques agricoles complexes. La principale préoccupation consiste à désinfecter le site de coupe et à planter une partie distincte dans un mélange de sol lâche, nutritif et normal, où la plante se développe relativement rapidement.

En divisant les rhizomes, cannes, iris, phlox, muguets, etc. se reproduisent (figure 5). Avant de se diviser, les rhizomes de certaines plantes (cannes) sont germés dans une serre et coupés en morceaux avec un sécateur ou un couteau (2-3 bourgeons chacun). Les tranches sont saupoudrées de charbon de bois broyé et les parties tranchées sont plantées dans des pots et remplies d'un mélange de terre de gazon et d'humus (1: 2).

1 La division des rhizomes commence lorsque les plantes se sont fanées et que les vieilles racines meurent.

2 La plante est déterrée avec une fourche et secouée du sol.

3 Les parties anciennes du rhizome sont coupées et enlevées, ne laissant que les jeunes pousses de l'année en cours.

6 Le sol dont sont recouverts les rhizomes est compacté. Mettez les étiquettes et poly van> t.

5 Chaque morceau de rhizome est planté sur une crête, les racines sont redressées le long de ses pentes.

Les vraies plaques de 4 L sont raccourcies, les racines sont taillées à 5-7 cm de longueur.

Figure. 5. Reproduction de l'iris germanique en divisant le rhizome.

La division des tubercules de racines des plantes ornementales est effectuée dans des serres. Les mères, qui étaient gardées dans une pièce sèche et fraîche en hiver, sont abondamment vaporisées avant de se diviser et laissées germer. Ensuite, les tubercules de racine (par exemple, les dahlias) sont coupés avec un couteau tranchant de sorte que chacun ait une partie du collet de racine avec 1-2 bourgeons. Les parties coupées sont saupoudrées de charbon de bois fin (fig. 6).

Diviser un buisson est l'un des moyens les plus répandus, les plus abordables et les plus simples. Il est utilisé pour la reproduction d'arbustes à fleurs indigènes (chubushniki, lilas, boule de neige viorne), de plantes vivaces à rhizome en pleine terre (gélénium, phlox, chrysanthèmes coréens, delphinium, astilba, primevère).

Pour la division, on utilise des plantes dormantes - au printemps et en automne. Les cultures de floraison printanière sont divisées en automne, en été et en automne - au printemps et en automne. Pour ce faire, la plante est soigneusement déterrée avec un morceau de terre et divisée avec une pelle, un sécateur ou un couteau tranchant en parties à peu près égales. Chaque partie séparée doit avoir 2-3 pousses ou bourgeons.

En divisant les tubercules de la tige, le bégonia tubéreux, l'anémone couronne et la gloxinia se multiplient. Les tubercules de tige prélevés à l'automne sont séchés, pelés et triés. Ensuite, ils sont placés dans du sable ou de la tourbe sèche et conservés dans une pièce fraîche pendant l'hiver. Les tubercules germés sont divisés en plusieurs parties. Chaque division doit avoir au moins un rein.

La séparation des pousses de racines et des drageons de la plante mère est le plus souvent effectuée dans des pépinières où il existe une plantation utérine de drageons, dans laquelle les pousses de racines et les drageons sont périodiquement séparés à l'aide d'une pelle tranchante. Les plantes séparées sont cultivées en pépinière, recevant du matériel de plantation standard. Cette méthode est utilisée pour reproduire des lilas enracinés, des roses, du cornouiller panaché, des chrysanthèmes vivaces.

Figure. 6. Division des tubercules de racine de dahlia.

La division des bulbes en parties est réalisée avec un couteau. Chaque partie doit avoir un morceau du fond et un rein. De cette façon, les glaïeuls, crocus, montbrecia se propagent.

La coupe est une méthode de reproduction dans laquelle, dans certaines conditions environnementales, les organes manquants sont formés par boutures. Dans les tiges, des racines se forment et dans les feuilles, des racines et des bourgeons se forment.

Les boutures de tiges et de feuilles sont des parties relativement petites des organes végétatifs qui sont séparées de la plante mère pour l'enracinement. Pour que ce processus se déroule dans les plus brefs délais, il est nécessaire pour chaque espèce et variété de créer des modes optimaux de chaleur, de lumière et d'humidité.

Les boutures de tiges sont hivernales et lignifiées (dans de beaux arbustes à fleurs - rose, lilas, hortensia). Il y a aussi des pousses d'été en croissance, qui ont un degré de lignification inégal. Les boutures coupées à partir de ces pousses sont appelées vertes ou semi-lignifiées. Chez les plantes vivaces, les boutures de tige sont appelées herbacées ou vertes.

Les boutures lignifiées (hortensia, lilas, spirée) peuvent être enracinées à l'intérieur. À ces fins, les pousses sont coupées en boutures de 5 à 7 cm. La coupe supérieure est faite au-dessus du bourgeon, en recul de 0,5 cm, et la partie inférieure - directement sous le bourgeon. Ensuite, ils sont enracinés dans un substrat sableux, qui est versé avec une couche de 4-5 cm au-dessus du mélange nutritif de la terre dans des serres ou des boîtes de plongée. Les boutures sont plantées obliquement pour que la coupe inférieure soit dans le sable et ne touche pas le sol, et le bourgeon supérieur se situe au niveau de la surface du sable. Lors de la plantation de boutures dans les serres, la distance dans les rangées doit être de 3 à 5 et dans les allées - de 5 à 8 cm.

En mars-avril, les boutures sont plantées dans des serres dans des caisses recouvertes de verre. Le taux d'enracinement est considérablement augmenté lorsque les boîtes sont chauffées par le bas. Les boutures sont arrosées une fois par jour et, les jours chauds et ensoleillés, elles sont également pulvérisées plusieurs fois. La température de l'air dans les serres doit être d'au moins 18-20 ° С. Jusqu'à ce que les racines se forment, les boutures sont protégées de la lumière directe du soleil.

Après un enracinement massif des boutures dans le sol des serres, elles commencent à les durcir.

Les boutures enracinées dans des boîtes dans les serres sont également emmenées dans des serres pour durcissement. Au début de l'été, ils sont transplantés dans des cubes de tourbe ou des gobelets en papier avec un mélange nutritif et cultivés dans des serres. Les cadres de serre blanchissent légèrement et sont placés sur des supports par temps ensoleillé et enlevés par temps nuageux. Le soin des plantes est simple et implique un arrosage régulier. Lorsque les racines sortent du coma de terre, les boutures sont plantées en pleine terre. Pendant la plantation, ils sont arrosés abondamment, ce qui garantit un taux de survie élevé des plantes et une croissance intensive supplémentaire. À l'automne, quelques boutures

leur taille est adaptée à la plantation dans un endroit permanent.

La reproduction par boutures vertes est largement utilisée en jardinage ornemental (paniculata phlox, sedum). Des échantillons sains et de race pure soigneusement vérifiés et sélectionnés de jeunes plantes qui ont une bonne capacité d'enracinement sont prélevés comme plantes mères.

En plein champ, les boutures commencent au fur et à mesure que les pousses repoussent et sont terminées au moment le plus optimal. Cela permet d'obtenir des boutures de plus grandes tailles et de résister à des conditions d'hivernage défavorables. À l'intérieur, la période de propagation des boutures est plus longue et varie considérablement en fonction des caractéristiques biologiques des cultures florales. Les boutures de masse dans les serres commencent au début du printemps et se poursuivent jusqu'au milieu de l'été.

Dans de nombreux arbustes ornementaux de plein champ, les meilleurs temps de propagation des boutures coïncident avec l'apparition des bourgeons et la floraison. Cependant, ces dates peuvent varier considérablement en fonction des conditions météorologiques de l'année. Juin-juillet est le plus favorable pour de nombreuses plantes.

Les boutures sont généralement effectuées dans des serres où les plants de fleurs ont été cultivés. La surface de la terre est ameublie et soigneusement nivelée, une couche de substrat meuble est versée sur le dessus, dans laquelle les boutures sont plantées. Les meilleurs substrats sont la perlite, le sable et les résines échangeuses d'ions granulaires.

Les pousses pour la greffe sont récoltées par temps chaud et ensoleillé le matin et par temps nuageux - tout au long de la journée. Les boutures sont coupées avec un couteau bien aiguisé, la longueur moyenne est de 5 à 7 cm Les coupes sont obliques: la partie supérieure est au-dessus du rein et la partie inférieure est sous le rein. Habituellement, la tige a 2-3 bourgeons et le même nombre de feuilles. La feuille du bas est supprimée. Les grandes feuilles supérieures, qui ont une grande surface d'évaporation, sont coupées de moitié ou d'un tiers. Les boutures hachées sont pulvérisées, placées dans un seau de mousse ou d'eau et stockées dans une pièce fraîche jusqu'à ce qu'elles soient plantées dans une serre.

Avant la plantation, la surface du substrat est nivelée, humidifiée et marquée. La distance entre les rangées est de 5 à 7 et dans une rangée de 3 à 5 cm, la profondeur de plantation est de 1,5 à 2 cm. Après la plantation, les boutures sont pulvérisées et recouvertes d'un cadre ou d'un film (fournissant un ombrage avec du badigeon).

La température dans la serre doit être de 20 à 25 ° C, l'humidité de l'air de 85 à 90%, comme en témoignent les gouttes d'eau sur le verre (film), ainsi que sur les feuilles des boutures. Arrosez-le 2 à 3 fois par jour et par temps chaud - jusqu'à 5 fois. L'irrigation semi-automatique à intervalles réguliers donne de bons résultats.L'eau entre par des tuyaux à travers de petits trous calibrés et arrose uniformément les boutures plantées en minces ruisseaux. Lors de la coupe de roses, d'œillets, de chrysanthèmes et d'autres plantes, divers dispositifs formant du brouillard sont utilisés, à l'aide desquels la température et l'humidité de l'air nécessaires à l'enracinement sont maintenues.

Une technique importante pour augmenter le taux d'enracinement des boutures, raccourcir la période de leur enracinement, augmenter la taille des racines et la partie aérienne des boutures est l'utilisation de stimulants de croissance. Ces derniers comprennent des substances capables d'accélérer considérablement la croissance des plantes et d'activer la formation des racines à de très petites doses. A cet effet, les boutures sont traitées avec des solutions faibles d'acides hétéroauxine, indolylbutyrique et naphtylacétique.

Les temps d'enracinement des boutures vertes ne sont pas les mêmes pour différents types de plantes ornementales. Les racines apparaissent le plus rapidement (le 6-8ème jour) dans les boutures de géranium, phlox, tradescantia, chrysanthème, fuchsia, coleus, héliotrope. Dans les arbustes à fleurs, cette période est plus longue. Donc, pour l'action, il est 16, pour un rosier grimpant "New Dawn" - 18, pour un chubushnik - 20 jours, pour certains conifères - jusqu'à 3-4 mois.

Après la formation des racines, les boutures sont progressivement durcies: elles augmentent l'éclairage et l'aération, réduisent l'arrosage, retirent d'abord les cadres par temps nuageux, puis les retirent complètement.

Gloxinia, Saintpaulia, primevère, rudbeckia, funkia, aconit se multiplient par boutures de feuilles.

Dans ces espèces végétales, au cours du processus d'enracinement des feuilles, se forment des racines et des bourgeons adventifs, à partir desquels la tige se développe. Un rein se développe le plus souvent à partir de la peau supérieure d'une bouture de feuille et des racines (aster, heuchera, lupin, verge d'or) se développent à partir de la peau inférieure.

Les boutures feuillues peuvent former des racines dans l'eau, le sable et le sol intérieur. Les méthodes d'enracinement des feuilles sont différentes. Par exemple, gloxinia, saintpaulia sont propagées par des limbes à pétioles, qui sont placés dans l'eau. Les racines apparaissent à l'extrémité des pétioles après 2-3 semaines. Après un certain temps, un bourgeon commence à se développer dans cette feuille et à partir de là, la tige d'une nouvelle plante commence. Sinon, les plantes à très grandes feuilles (Begonia rex) se multiplient. Ces feuilles sont coupées en morceaux séparés et enracinées dans le sable, ou elles prennent une feuille entière et font des coupes transversales sur les nervures sur la face inférieure de celle-ci. Ensuite, les feuilles sont disposées et épinglées à la surface du sable dans des boîtes ou saupoudrées de sable sur le dessus. Les boîtes à feuilles sont recouvertes de verre. Après un certain temps, de nouvelles plantes se forment au niveau des coupes.

Certains types de plantes à fleurs peuvent se multiplier par boutures de feuilles même en pleine terre (petits pétales alpins, funkia, aconit, nouvel aster belge). À ces fins, les crêtes sont disposées dans des endroits ombragés. Les feuilles bien formées avec des pétioles normalement développés sont récoltées sous forme de boutures. Les boutures de feuilles sont plantées dans le sol à une profondeur de 1,5 cm de 300 à 900 pièces. de 1 m. Les crêtes avec des boutures sont arrosées et pulvérisées quotidiennement pour assurer une humidité constante au substrat et aux boutures.

Chez les plantes bulbeuses, les écailles charnues sont des feuilles modifiées. Par conséquent, certaines espèces (par exemple, les lis) sont propagées par des écailles. Ces derniers sont séparés par une petite partie du fond et plantés dans des caisses de sable à une profondeur de 2/3 de la taille des écailles. La distance entre les rangées est de 5 et d'affilée - 2-3 cm.Après un certain temps, des bulbes se forment à la base des écailles, qui à l'automne atteignent environ 1 cm de diamètre. En septembre, ils sont plantés sur les crêtes. La floraison a lieu en 2 à 4 ans.

Les couches, contrairement aux boutures de tige, sont des pousses qui s'enracinent sans les séparer de la plante mère. Par conséquent, le processus d'enracinement n'est pas difficile. Il suffit que les tiges enracinées soient dans un substrat de sol meuble et humide.

Lors de la propagation d'arbustes à fleurs (rose, lilas, hortensia, spirée, etc.), des couches horizontales, verticales, arquées, aérées et autres sont utilisées.

La stratification horizontale est obtenue à partir d'une disposition radiale sur la surface du sol des pousses, qui sont ensuite épinglées et saupoudrées de terre. À partir des bourgeons des tiges, des pousses à croissance verticale se développent. Ces derniers crampons environ 1/3 de leur hauteur. À l'automne, plusieurs plantes se forment à partir de chaque couche horizontale. De cette manière, des roses, des lilas, des hortensias, des chubushnik, des actinidies, des derain, des spirées, des viburnum en éponge se propagent.

La stratification verticale est le buttage de la croissance annuelle des plantes à 1 / 3-1 / 4 de leur hauteur (hortensia, spirée, cassis, déytion).

La stratification arquée est obtenue en pliant et en épinglant les branches inférieures de la douille dans le ressort au fond d'une rainure peu profonde. Les sommets des pousses sont sortis et attachés à des piquets, et les rainures sont remplies de terre meuble nutritive.

Des couches aériennes sont utilisées pour propager certaines plantes ornementales à tiges très allongées. Afin de former une plante plus basse et compacte, les feuilles sont enlevées à une certaine hauteur et la tige est recouverte de mousse, sur laquelle une pellicule de plastique est enveloppée. La mousse est périodiquement humidifiée jusqu'à ce que des racines adventives bien développées se forment. Ensuite, sous le système racinaire, la tige est coupée et la plante (par exemple, yucca, aralia, rhododendron) est transplantée dans un nouveau pot.

Le greffage est le transfert d'une partie d'une plante et la fusion artificielle de celle-ci avec un autre proche d'une espèce ou d'un genre. Cette méthode vous permet de préserver les caractéristiques décoratives et biologiques des variétés et des formes.Par conséquent, elle est largement utilisée dans le jardinage ornemental dans la culture de roses, de lilas, d'azalées et de nombreuses formes décoratives de plantes ligneuses et arbustives.

La plante à laquelle le greffage est effectué s'appelle le stock, et la partie greffée de la plante s'appelle le greffon. Une tige coupant avec plusieurs bourgeons ou un bourgeon (oeil) avec une partie de bois et d'écorce est utilisée comme un greffon. Pour le porte-greffe, on utilise généralement des plantes jeunes et saines qui résistent aux conditions locales, ont un système racinaire bien développé et offrent également une survie et une compatibilité fiables avec le greffon.

Il existe de nombreuses méthodes de vaccination, mais la plus courante est le bourgeonnement - une vaccination effectuée par un rein (œil). Il est utilisé pour propager des plants variétaux de roses, de lilas et d'autres plantes.

Lors du bourgeonnement, il est nécessaire de prendre en compte les éléments suivants: le bourgeon greffé (dans le greffon) doit être complètement formé et la présence de flux de sève (près du porte-greffe) doit assurer le retard de l'écorce. En Biélorussie, en plein champ, deux périodes de bourgeonnement sont possibles: le printemps et l'été.

Au printemps, dès que l'écoulement de la sève commence au niveau du porte-greffe et que l'écorce est en retard, le bourgeonnement commence par un œil qui pousse, c'est-à-dire lorsque le bourgeon du scion survivant germe et forme une pousse culturelle de l'oculant. A partir de cette pousse, la couronne d'une plante ornementale est alors formée. Pour le bourgeonnement printanier, on utilise des pousses bien mûres avec des bourgeons normalement développés, qui sont coupés des plantes mères à la fin de l'automne ou au début du printemps avant que les bourgeons ne gonflent. Les pousses coupées sont triées, les parties endommagées et non mûres sont retirées, liées en paquets et stockées dans des pièces ou des chambres spéciales avec un mode constant - température 0-2 ° C et humidité 60-70%.

En Biélorussie, le bourgeonnement printanier des lilas peut commencer à la fin avril - début mai et des roses - à la mi-mai.

Au printemps, le greffon commence à pousser tôt. À l'automne, les oculants lilas atteignent en moyenne 65-80 cm, et certains - plus de 1 m. Les roses à l'automne forment des buissons avec 3-4 pousses latérales suffisamment mûres qui atteignent 25-40 cm.

Le bourgeonnement d'été est effectué en juillet - août avec un œil endormi, c.-à-d. une fois que le greffon a grandi avec le stock, le bourgeon du greffon reste dormant jusqu'au printemps de l'année prochaine. Le taux de survie des bourgeons pendant la période estivale de bourgeonnement chez les lilas est de 70 à 100, chez les roses - 60 à 100%. Cependant, la sécurité des oculaires d'été après hivernage par rapport aux oculaires de printemps est faible (par exemple, chez les lilas et les roses, après l'hivernage, parfois de 40 à 60% des oculaires périssent).

Ainsi, le bourgeonnement printanier est plus prometteur que le bourgeonnement d'été, car il assure non seulement une bonne survie des bourgeons et un rendement élevé en matériau standard, mais réduit également considérablement la période de croissance des plants greffés.

En plein champ, le bourgeonnement des plantes ornementales peut être effectué non seulement dans le délai spécifié, mais également dans la première moitié de l'été, c'est-à-dire dans les deuxième ou troisième décades de mai et juin. Pour ce faire, à l'intérieur, il est nécessaire d'avoir des plantes mères spécialement cultivées, qui serviront de matériel au greffon.

Pendant la période sèche, le stock est abondamment arrosé. En termes d'efficacité de reproduction globale, ces périodes de bourgeonnement occupent une position intermédiaire entre le printemps et la fin de l'été.

En tant que porte-greffe pour le bourgeonnement, on utilise des semis d'un, deux, trois ans, dont le diamètre du collet atteint 0,62-0,8 cm Le bourgeonnement est effectué dans le collet ou 6-8 cm plus haut que lui, en fonction des caractéristiques biologiques des espèces et des variétés végétales. Avant le bourgeonnement, des pousses annuelles bien mûries sont récoltées sur les plantes mères et les feuilles en sont retirées, ne laissant que des pétioles. Les pousses coupées sont placées dans un panier ou un seau avec de la mousse humide et transférées dans une pièce fraîche.

Pour le bourgeonnement, un bourgeon (œil) avec une fine couche de bois et d'écorce (bouclier) est coupé dans la partie médiane de la bouture (scion). Une coupe en forme de T est faite sur le plant de la souche. À l'aide d'une lame et d'un os de couteau oculant, l'écorce est légèrement séparée le long d'une section longitudinale et le rein avec un bouclier est soigneusement inséré jusqu'à ce qu'il s'arrête. La partie supérieure du bouclier, qui ne rentre pas dans la section longitudinale, est coupée. Ensuite, l'oculaire est attaché avec du ruban plastique: de l'incision avec un bouclier de bas en haut, ne laissant que le rein (œil) libre.

Environ deux semaines après le bourgeonnement, les bourgeons accrétés sont comptés (leur pétiole disparaît avec un léger toucher), le cerclage est surveillé et, si nécessaire, desserré. En automne, les oculants sont saupoudrés de terre ou de tourbe à une hauteur de 15-20 cm, protégeant les bourgeons du gel. Au printemps, avant le début de l'écoulement de la sève, ils se déroulent et retirent le harnais. Pour assurer une croissance plus intensive du bourgeon occlus (œil), la souche est coupée à 6 à 8 cm au-dessus du site de greffe. À gauche, le chanvre (épine) est plus tard lié à la pousse ooculée en croissance. L'épine protège la pousse du scion des dommages mécaniques lors des soins du sol et des plantes. La coupe d'épine est effectuée après la pousse greffée

pousse bien avec le stock et acquiert une position verticale.

Les plantes florales affectées par des infections fongiques et virales se reproduisent mal, fleurissent mal et leurs fleurs perdent leurs qualités décoratives. Pour obtenir des plantes à fleurs saines à partir de matériel contaminé, la méthode de culture au méristème est utilisée. Il est basé sur la culture de cultures à partir du tissu méristémique des plantes, qui conserve la capacité de former de nouvelles cellules tout au long de sa vie.

La méthode de culture du méristème a été largement utilisée en floriculture industrielle dans de nombreux pays pour la reproduction de plantes mères exemptes de virus: œillet, chrysanthème, glaïeul, freesia, jonquille, dahlia, etc.

Le tissu du méristème apical est au point de croissance. Pour l'obtenir à partir de plantes mères, les pousses les plus développées et les plus saines sont prélevées, lavées soigneusement à l'eau distillée et certaines feuilles sont enlevées. Tout travail avec la culture du méristème nécessite la stérilité la plus stricte.

Dans une boîte spéciale, une fois le point de croissance exposé, le méristème avec deux feuilles rudimentaires de 0,2 à 0,6 mm est coupé avec un couteau stérile, transféré dans un tube à essai avec un milieu nutritif et fermé avec un bouchon moulu. Le tube à essai est placé dans une chambre où un mode donné d'humidité, d'éclairage et de température est maintenu. L'isolement du méristème est réalisé au microscope binoculaire.

La période de développement des plantes à partir des méristèmes chez différentes espèces n'est pas la même: chez le glaïeul - environ 15 jours, et chez l'œillet, le chrysanthème - jusqu'à 2 mois. Le taux de survie est en moyenne de 70 à 80%. Une fois que les plantes atteignent 3 à 5 cm de hauteur et que leur système racinaire se développe bien, elles sont transplantées dans des pots avec un substrat stérile de perlite ou de tourbe haute.

Les plantes cultivées de cette manière se distinguent par des fleurs plus grandes et de couleur vive, un rendement élevé, une vigueur accrue. Ils sont couramment utilisés comme matière mère.


Voir la vidéo: forum-tolmie


Article Précédent

Plantes d'intérieur sur Zh

Article Suivant

Que faire lorsque les feuilles des plants de concombre jaunissent